Menu

Il faut en sortir. Car cette fausse « Europe » de bureaucrates apatrides que l’on nous sert, devenue simple relais d’une mondialisation financière prédatrice, coïncide en rien avec la vraie Europe, celle des peuples, des nations et des Etats. En réalité, contrairement aux mythes répandus par ses ennemis, De Gaulle était un grand Européen. Il n’avait pas attendu ce qu’il appelait « les illuminés de La Haye [ville où, en 1948, avait eu lieu le congrès du Mouvement européen sous l’œil bienveillant des Anglo-Américains, nda] pour découvrir qu’il y avait une Europe et qu’elle pouvait et devait s’organiser ». « J’ai toujours préconisé l’union de l’Europe. Je veux dire l’union des Etats européens (…) Je souhaite l’Europe, mais l’Europe des réalité...

commentaireCommenter

actualités du même genre